Accueil Date de création : 03/11/08 Dernière mise à jour : 08/04/14 13:41 / 185 articles publiés

Live and let smoke  (Textes d'Orphée) posté le mardi 08 avril 2014 13:41

Blog de lykan :Hypergenesis 19683, Live and let smoke


A contre courant, comme de bien entendu!

Notre monde moderne et évolué manque toujours autant de tolérance.

C'est vraiment le genre d'idée qui me vient à l'esprit quand je vois avec quel acharnement il stigmatise les fumeurs aujourd'hui!
Non content de les surtaxer sur le prix du tabac, il va jusqu'à les empêcher de fumer dans des lieux autrefois réservés aux satanés accros du mégot.
Depuis que je travaille, une salle, en général microscopique et laide à vomir, leur était allouée, moyennant quelques regards méprisants ou emprunts de pitié...
Désormais la loi veut la supprimer.

Nous serons donc invités d'ici quelques semaines à consommer notre nicotine quotidienne dans une cour, exposés aux quatre vents.

J'imagine déjà le nombre de grippes, rhumes et autres misères qui vont gréver la Sécurité Sociale suite à cette décision.

Mais ce n'est pas le pire, oh non!

Que l'Etat mène une campagne anti-tabac, soit...
Quoique, je revendique le droit de me tuer à petit feu si je le souhaite, je ne vois pas qui je dérange, et si je me chope un cancer aux poumons, je n'irai pas me plaindre, soyons raisonnable!
Pour moi, il est manifeste que nos gouvernants cherchent à nous priver de tous les plaisirs de la convivialité, que ce soit en imposant des contrôles stricts sur la consommation d'alcool, de tabac, et même de cholestérol...
Laissez nous vivre!
Pourquoi imposer cette dictature de la normalité?
Pourquoi priver les individus des plaisirs de la table?
Pourquoi généraliser cette culpabilité pernicieuse autour de la notion de plaisir?
C'est le principe de toute dictature...
L'interdiction de se réunir, d'échanger des idées, de disposer librement de son corps et de de son esprit...
Il n'est pas loin le temps où pour trouver un emploi, ou prendre une assurance, il faudra s'engager à ne pas boire, à ne pas fumer,  à surveiller son assiette, voire à ne pas multiplier les partenaires sexuels, Ciel! Une mst est si vite refilée...

A ce rythme là, nous nous dirigeons tout droit vers une société ultra-puritaine où toute notion de plaisir serait condamnée!
Moralité: Vautrez vous sans complexe devant Star Académy, et ingurgitez cette merde avec docilité! Vous serez labellisé "conforme"...arff mais il y a "forme" dans ce mot!

Amis fumeurs, nous sommes en passe de devenir des parias!
Des marginaux, des hors-la-loi.
Je ne comprends pas que les gens ne réagissent pas!
Il y a des choses bien plus nuisibles que la clope!

Quand pénalisera-t-on les producteurs d'émissions télévisuelles stupides qui fracassent les cervelles malléables de millions de gens?
Quand pénalisera-t-on les médias de colporter des canons de beautés à la limite de l'anorexie?
Quand pénalisera-t-on les politiques qui ne tiennent pas leurs promesses?
Quand pénalisera-t-on les adultes irresponsables qui abandonnent leurs animaux, ou pire leurs enfants à la veille des vacances?
Quand pénalisera-t-on les grands groupes industriels qui polluent outrageusement la planète en condamnant les générations futures?
Quand pénalisera-t-on les génocides, et extrémistes de tous bords?
Quand pénalisera-t-on les fabricants et traffiquants d'armes?
..............................................

Tragique impression d'une vaste blague...

Quantic (a.k.a. Orphée) le 13 Décembre 2006

Source image : Smoker by ladymonroe (DEVIANTART)

lien permanent

Sordide histoire d'A  (Textes d'Orphée) posté le mardi 01 avril 2014 20:04

Blog de lykan :Hypergenesis 19683, Sordide histoire d'A

IL PARAIT QU'IL FAUT VIVRE CE QUI EST A VIVRE.

Ouvrons une page de mon journal.

Comme si je n'étais pas vaccinée contre les rencontres virtuelles, je me suis évertuée à chercher via le net l'homme de ma vie.
Au départ, ce ne devait être qu'une distraction.
Pourtant entre lui et moi, il y avait de nombreux atomes crochus.
Et quand je l'ai vu, j'ai senti qu'il se passait quelque chose d'impossible à refouler.
Quelque chose que j'appelle une attirance sensuelle incontrôlable.

C'était pathétique, j'aurais dû me méfier.
Pathétique et à mourir de rire ce frôlement de nos mains...
Mais si troublant que je n'avais alors qu'une envie: que nos corps entrent en contact!

Je venais de lire "Onze minutes".
Le destin semblait frapper à ma porte, en sa personne!
L'homme capable de dire les mots attendus, de procurer les caresses délicates que toute femme, je pense, recherche.

Trés vite, trop vite, je l'ai installé dans ma vie, dédaignant mes fières résolutions, méprisant mes expériences passées.
J'ai voulu donner sa chance au destin.
J'ai voulu croire que j'avais de la chance, que c'était un signe, une vaste conspiration de l'univers en vue de ma réalisation personnelle.
Et comme ce ressenti semblait réciproque, je me suis emballée.

Je suis de nature généreuse, il est facile de m'abuser, je donne sans compter à ceux qui savent briser ma carapace d'un sourire, d'un mot, d'un geste.
Alors je me suis donnée sans arrière pensée, sans retenue, entière et passionnée, fidèle à moi-même.

Et puis les drames se sont enchaînés.
D'un coup, notre histoire est devenue digne de figurer dans la rubrique Faits Divers du journal local, entre condamnations pour conduite en état d'ivresse, et comparutions pour coups et blessures...
C'est drôle comme au passage, on peut vite basculer dans la marginalité.
Frissons d'interdits, de dangers, de perversions....
L'écueil de la fille de bonne famille amoureuse d'un bandit.
Un roman de seconde zone, je vous dis....

Je voudrais ici adresser un clin d'oeil au gendarme qui a entendu ma déposition dans cette affaire. Il m'avait conseillé d'en faire un roman!
Peut-être un jour...
Je lui avais corrigé les fautes, il m'avait raconté la difficulté d'être à l'écoute des gens, résoudre les drames psychologiques était sa spécialité.
Moi je me demandais ce que je faisais là, j'avais les boules de croiser un élève en sortant de la gendarmerie, ou qu'un agent me reconnaisse, vu que les enfants des gendarmes fréquentent le collège où je travaille.
Hollywood night fever.

Comme dirait quelqu'un qui se reconnaîtra, seuls peuvent écrire ceux qui vivent des événements exceptionnels, sans quoi il suffit d'écrire sur son frigo...

J'aime bien cette idée même si elle est dangereuse.
C'est terrible ce goût que j'ai pour les sensations fortes, terrible ce besoin de mettre ma vie en danger, de palpiter, de trembler, d'entrer en furie.
Une adolescente attardée, voilà un bon titre pour mes mémoires!
Mauriac a bien écrit "Un adolescent d'autrefois"...
Moi je n'en guéris pas, à 33 ans, ça devient grave!

Le syndrome "Goldorak", je crois vraiment que ça existe.
Tous ceux qui ont mon âge en sont atteints.
Génération des premiers dessins animés nippons, armée entière d'esprits corrompus aux aspirations spatiales, aux rêves de sauveurs du monde, aux héros robotisés, sombrement dissimulés derrière une tranquille vie de fermiers dans une contrée américaine improbable.

Il m'arrive de me demander dans ma parano coutumière si dans le contexte de la crise pétrolière les gouvernements ne se sont pas servis de nos cervelles candides pour expérimenter les conséquences de telles idées!
Un vaste complot médiatique et télévisuel pour vérifier l'impact de messages subliminaux...
Qui sait?
En tout cas, les jeunes trentenaires en sont tous atteints.
Entre Albator, Candy, Capitaine Flam et cie, nous sommes marqués au fer rouge par des idées nostalgiques d'avoir raté notre destin fabuleux de super héros.
Nos parents, les vrais, pas ceux chez qui nous logeons, sont des extraterrestres ayant dû quitter de toute urgence leur planète, et qui ont déposé leur progéniture chérie sur la planète bleue dans l'espoir qu'un jour elle prendrait la relève et sauverait le monde....

Vous pensez ça aussi?
Finalement c'est peut-être vrai?
En tout cas ce mythe a bercé mon enfance, je me suis toujours crue investie d'une mission sacrée, sentiment d'étrangeté au monde, sentiment de culpabilité de demeurer dans la norme, désir d'être appelée à de plus grands desseins.

Je m'égare, mais il y avait de celà entre lui et moi...
Nous avions vécu les mêmes aspirations, la ressemblance de nos rêves étaient un gage d'entente formidable.

Disputes, réconciliations, ivresses, désespoirs.
Tout s'enchaînait, et m'enchaînait à lui.
Spirale infernale de passion et de haine.
Invincible attraction pour le paradoxe.
Image ultime de la vérité, du frisson ingénu, des extrêmes entretenus.
Ah! J'ai aimé, je l'ai aimé, et je crois même que je l'aime encore.
A vrai dire, je lui ai demandé de partir.
Ce qu'il a fait.

Nos adieux déchirants sur le palier.
La triste étreinte, le baiser furtif, les mots si purs, redondants.
"Pardon"
"Merci"
Risible dans un soap, tragique en réalité.
Le flot de chagrin qui soulève le coeur, donne la nausée, l'envie de se laisser choir du haut du balcon....
Et regarder son corps se désassembler, l'horrible trou dans la tête, la nuque brisée.
Le filet de sang aux lèvres assassines qui ont donné tant de baisers, tant de mots doux, tant de cruautés.
Une belle mort sans doute!
Quoi? on peut fantasmer....

Evidemment je ne le ferai pas.
Je suis si raisonnable, heureusement vu ma nature de dingue, qu'il existe en moi ce pavé d'habitudes, de sagesses acquises, le poids des responsabilités pour contrebalancer les idées folles, et les délires tapageurs de mon coeur.

Voilà, pour résumer je viens de mettre dehors l'homme de ma vie, et je le regrette déjà!
Je sais que c'était une bonne décision, qu'il avait une mauvaise influence sur moi, qu'il m'aliénait...mais bon il m'a fait connaître tant de choses que toutes les cinq minutes mon ventre se tord, et que je lorgne mon téléphone dans l'espoir de l'entendre sonner.

Sordide.
Pathétique.
Affolant.

 

Quantic (a.k.a. Orphée), le 10 Décembre 2006

Source image : chained with my dreams by Newlieutenant on DEVIANTART

lien permanent

La nouvelle face cachée de la lune  (Textes d'Orphée) posté le samedi 29 mars 2014 20:36

Blog de lykan :Hypergenesis 19683, La nouvelle face cachée de la lune

Un goût de déjà vu?

Une certitude: ma nullité.
Une question: existe-t-il beaucoup de personnes souffrant de ce symptôme?

Ouai, je sais, j'avais dit: "ce blog est mort, le phénix ne renaîtra pas de ses cendres une seconde fois!"
J'avais même fait de déchirants et mystérieux adieux à mes amis blogeurs.
Je suis la spécialiste des revirements, et des pirouettes en tout genre.
Ceux qui me connaissent, le savent.
Je souffre d'indécision chronique.

Atteinte de saturnisme.
De folie douce, de dédoublement de personnalité, de sautes d'humeurs régulières.

Mon syndrome a un nom, le flou.
Le pire c'est que j'ai découvert récemment que Maupassant était atteint du même mal.
D'un côté, c'est rassurant pour mes ambitions d'écrivain ;)
De l'autre, quand on sait qu'il est mort fou, interné, tué par la syphillis....
Hem, hem!!!!


Boaf! voilà, c'était juste pour signifier au bas monde que cet aprés-midi je vais m'équiper d'un bocal digne de ce nom pour y loger mon poisson rouge rescapé....
Alors, il faudra vous y faire, Quantic, la désolante, l'affligeante, l'indécise, est de retour, et va noircir  derechef quelques pages virtuelles.
D'avance je vous fais mes excuses.
A bientôt!
Quantic (a.k.a. Orphée, le 9 Décembre 2006)

lien permanent

Overdose  (Textes d'Orphée) posté le vendredi 07 mars 2014 20:21

Blog de lykan :Hypergenesis 19683, Overdose


De sexe, d'alcool, de liesse.

--------------------------------------------------------------------------------
Quand rien ne va, il reste la vodka...

Joli proverbe, tout droit issu de votre serviteuse, Orphée, pour votre bon plaisir....doux maîtres!

Je suis sur ma terrasse, une légère robe de nuit, collante, et noire moule mes formes tapageuses...
Demandez leur...
Ils vous diront que je suis un ange, belle à frémir, cruelle, et douce à la fois.

Le clair de lune baigne mon corps.
Offerte.
Offerte à la brume, le sourire aux lèvres.
Décadence et volupté vont de pair au royaume d'Orphée.

Pourtant ce sont mes derniers mots...
Mots d'amour, mots de haine....
Ambivalence.

Je suis la plus coquette, la plus torride des nymphes.
Léger zoom sur mes bras mordorés, mes épaules parfaites.
De petits seins certes.
Mais un fessier à faire damner l'enfer tout entier.
Et une cervelle tortueuse, tueuse, acerbée.
De quoi rendre fou un simple mortel.

Un testament de reine pour celle qui sait subjuguer n'importe quel quidam de son regard en biais.
Un clignement de cil, une cambrure alléchante, un caractère hargneux, un sourire angélique...
Qui peut me résister?

Dans mon royaume, je suis la vénérée, celle dont on approche la frêle silhouète qu'à pas comptés, la lèvre frémissante de prières, le dos courbés...
Et pourtant pour vous plaire, je me laisse dompter, comme un animal pris au piège, je dénoue mes bras, je courbe l'échine.
Je sais faire semblant.

Mais derrière ce masque de soumission, il y a l'invincible Orphée.

Qui s'y colle, ou collera, s'y piquera...
Vous me regretterez.

Orphée, le 5 Octobre 2006

lien permanent

Le grand chamboulement  (Textes d'Orphée) posté le vendredi 28 février 2014 09:04

Blog de lykan :Hypergenesis 19683, Le grand chamboulement


Quantic sort de sa bulle!

Longtemps, j'ai vécu en apnée.
Le nez derrière mon bocal.
Vision déformée.

Longtemps, j'ai cru qu'il suffisait de rêver,
Pour que les songes deviennent réels,
Que tout se plie à ma volonté.

Longtemps, je me suis crue monarque absolue,
Maître de ma destinée,
Reine dans les coeurs,
Idole indétronable,
A la parole sacrée.

Mon bocal s'est brisé.

Une bombe s'est abattue contre sa pale surface.
Une onde de choc, terrible, terrible...
Est venue bouleverser la calme mare où je frétillais.

Il y a des morceaux de verre épars sur le plancher.
Le verre est coupant.
Comme mille lames d'acier trempé.

Le poisson rouge, mon emblème, a quitté l'eau claire de son bocal, pour celle plus bleue de l'eau-de-là...

Quantic (a.k.a. Orphée) le 4 Octobre 2006


Source image : Fish Falling Out Of Water by SinfullEyes

sinfuleyes.deviantart.com/art/Fish-Falling-Out-Of-Water-78347057

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à lykan

Vous devez être connecté pour ajouter lykan à vos amis

 
Créer un blog